Prospective et science-fiction, L'Harmattan, 2011

Ce livre s’intéresse à la fonction de l’imaginaire, et plus particulièrement à la science-fiction, dans les processus d’innovation du système libéral. Les pays de l’empire nucléaire ont développé des visions du futur dont l’influence plus ou moins consciente mène à nous interroger sur la structure et le fonctionnement de la prophétie. Pour cela, nous aurons recours à la philosophie de saint Thomas d’Aquin. Les entreprises et organisations ont en effet besoin de créer des visions du futur pour orienter leur stratégie dans le capitalisme séquentiel.

Les utopistes technologiques contribuent à stimuler les stratèges et les travailleurs, et s’inscrivent dans l’idéologie de la science-fiction, qui est elle aussi intégrée dans la religion de la technologie propre à la technocratie globale. Selon Billotte, cet imaginaire a pour but ultime la réalisation de l’immortalité. Il pense que les histoires de super-héros tirent leur origine des anciens mondes nordiques et dans la mythologie germanique. Il estime que si le capitalisme tire, selon Max Weber, son origine dans les sectes protestantes, la science-fiction a contribué à alimenter l’imaginaire du capitalisme après la Seconde Guerre Mondiale aux Etats-Unis.

Le livre présente quelques caractéristiques de ce que Luttwak nomme le turbo-capitalisme, c’est-à-dire un système dans lequel l’innovation est considérablement accélérée par rapport aux phases précédentes à l’échelle globale. Les mutations de la recherche dans quelques secteurs comme la réalité virtuelle ou la dépollution attestent de la nécessité pour les pays leaders de l’Empire nucléaire globale d’innover et de montrer l’exemple. Le but est de développer toute la planète en équipant le plus vite possible toute les populations avec les innovations mises au point dans les laboratoires de R&D des grandes entreprises et des institutions les plus avant-gardistes. Sans l’égalisation des conditions de vie de l’Humanité en priorité, son destin cosmique pourrait demeurer une vaine illusion.

Quelques exemples d’utilisation de la science-fiction par des institutions innovantes sont présentés. La prospective se sert de cet imaginaire pour explorer des trajectoires originales, de plus en plus incontournables à mesure que le capitalisme exige des organisations qui le constituent qu’elles proposent des évolutions originales susceptibles d’intéresser les marchés. Certains passages s’intéressent particulièrement à l’apport des contrecultures à l’innovation, à l’imaginaire de la réalité virtuelle, avec des exemples approfondissant les conclusions déjà présentées dans Télécommunications et science-fiction, à la prospective agricole dans la science-fiction française, au cyberpunk français, japonais ou Austro-suisse, aux gadgets dans la science-fiction, aux représentations des exosquelettes, au zoomorphisme et à la domotique, à la biologie synthétique, à l’ingénierie planétaire, ou au vieillissement de la société. De nombreuses disciplines scientifiques ou techniques sont abordées dans la science-fiction. Chaque nouvel ouvrage permet de proposer de nouvelles découvertes, établies au contact de nouvelles œuvres.

Ce livre s’intéresse au débat sur la fonction innovante de la science-fiction. Tout d’abord, il étudie l’émergence du débat sur la fonction prophétique de la science-fiction chez les critiques français des années 1950. Puis, il est établi que la science-fiction accompagne les innovations en aval du processus en assurant la création de systèmes de croyance et des bulles spéculatives autour des nouvelles technologies. Finalement, la dimension prophétique du discours science-fictionnel est étudiée à la lueur de la philosophie thomiste. Le concept d’habitus stratégique est mis en avant pour mieux comprendre l’appropriation de ces fictions par les leaders et managers. L’imaginaire prospectif est analysé du point de vue de la théorie de l’intellect agent. La science-fiction est conçue comme la vision prophétique, au sens de Saint Thomas d’Aquin, de l’ère industrielle, et comme une culture de l’innovation globale. 

Création de site internet: Cianeo